Santé et économie au menu des hebdomadaires marocains

APA-Rabat L’accès aux services de santé et les enjeux de la hausse du taux directeur, décidée par la banque centrale, sont les principaux sujets traités par les hebdomadaires marocains parus ce samedi. Ainsi, après un rebond de 7,9% en 2021, la croissance économique s’ établirait, selon les prévisions de la banque, à0, 8% cette année, avant de s’…

APA-Rabat (Maroc) L’accès aux services de santé et les enjeux de la hausse du taux directeur, décidée par la banque centrale, sont les principaux sujets traités par les hebdomadaires marocains parus ce samedi.

+La Vie éco+, qui s’attarde sur l’accès aux services de santé, écrit que la généralisation de la couverture médicale, àtravers le régime de l’Assurance maladie obligatoire (AMO), est actée, et qu’elle est mise en œuvre au Royaume grâce aux instructions royales et la détermination de l’Exécutif àconcrétiser ce chantier.

Pour les plus vulnérables, les actuels Ramedistes, le gouvernement a déjàannoncé qu’il prendrait en charge les cotisations, relève le journal, soulignant que le régime dédié àcette catégorie, comme pour celui des travailleurs non salariés, n’a rien àenvier àcelui déjàmis en place pour les employés du secteur privé.

+Finances News Hebdo+, qui aborde les enjeux de l’augmentation du taux directeur par la banque centrale, qui passe ainsi de 1,5 à2% , écrit que le gouverneur de l’institution financière s’est en effet plié àce qui semble être “un consensus” auquel souscrivent pratiquement toutes les Banques centrales en ce moment : augmenter les taux directeurs pour juguler une inflation galopante, au risque de freiner la croissance.

Le patron de la banque centrale s’est pourtant montré pendant longtemps, notamment lors des deux derniers Conseils de mars et juin, réticent àrelever ce taux, avançant entre autres arguments la nature des pressions inflationnistes, principalement d’origine externe, mais il a fini par abdiquer car, aujourd’hui, la situation économique a visiblement changé, avec un risque de stagflation de plus en plus prégnant, estime l’éditorialiste.

Ainsi, après un rebond de 7,9% en 2021, la croissance économique s’établirait, selon les prévisions de la banque, à0,8% cette année, avant de s’accélérer en 2023 pour se situer à3,6%, alors que le gouvernement table sur un taux de croissance économique de 1,5% en 2022 et 4,5% en 2023, note-t-il.

Mais, au-delàdes écarts dans ces prévisions, c’est davantage la faiblesse de la croissance qui interpelle : elle est en déphasage par rapport aux ambitions de développement du Maroc et, surtout, ne permet guère de remédier àla problématique du chômage structurel que l’économie nationale traîne comme un boulet, relève-t-il.

ANA NEWS WIRE Disclaimer:
The African News Agency (ANA) is a news wire service and therefore subscribes to the highest standards of journalism as it relates to accuracy, fairness and impartiality.
ANA strives to provide accurate, well sourced and reliable information across Text, Images and Video. Where errors do appear, ANA will seek to correct these timeously and transparently.
The ANA platform also contains news and information from third party sources. ANA has sought to procure reliable content from trusted news sources but cannot be held responsible for the accuracy and opinions provided by such sources on the ANA platform or linked sites.
The content provided for on the ANA News Wire platform, both through the ANA news operation and via its third party sources, are for the sole use of authorised subscribers and partners. Unauthorised access to and usage of ANA content will be subject to legal steps. ANA reserves its rights in this regard.
ANA makes every effort to ensure that the website is up and running smoothly at all times, however ANA does not take responsibility for, and will not be held liable for times when the website is temporarily unavailable due to technical issues that are beyond our control.