Côte d’Ivoire: une opération “coup de poing” lancée contre la corruption

APA-Abidjan Le ministre ivoirien de la Promotion de la bonne gouvernance, du renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption, Epiphane Zoro Ballo, a lancé mardi l’ opération de vérification dénommées “Coup de poing” visant les structures délivrant des services publics àfort soupçon de corruption. L’ opération “coup de poing” qui…

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) Le ministre ivoirien de la Promotion de la bonne gouvernance, du renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption, Epiphane Zoro Ballo, a lancé mardi l’opération de vérification dénommées “Coup de poing” visant les structures délivrant des services publics àfort soupçon de corruption.

L’opération “coup de poing” qui consiste àmener des “investigations dans des structures délivrant des services publics permettra de soulager le quotidien des Ivoiriens en freinant les formes de corruption les plus pernicieuses dans ces structures visitées”, a dit M. Epiphane Zoro face àla presse.

Elle s’inscrit dans le cadre des résultats 1 et 3 de la feuille de route 2021 du ministère, qui visent à”dissuader les acteurs de la corruption et renforcer la relation de confiance entre l’État et les citoyens”, a-t-il ajouté.

La démarche comprend trois volets, àsavoir la phase de préparation des opérations, la phase de mise en œuvre des opérations et la phase de la mise en place de dispositif anti-corruption dans les structures concernées.

Il a précisé que la phase de préparation a consisté àidentifier une liste des structures àfort soupçon, d’identifier les formes de corruption àfort impact sur les populations et de mettre en place les équipes d’investigation.

Concernant la phase de mise en œuvre, il a fait savoir qu’ elle a permis àson département de conduire les opérations, de recueillir les preuves sur les actes de corruption ciblées et de détecter des actes flagrants de corruption.

La phase de mise en place de dispositif de prévention, elle, consistera àmettre en place des outils de mise en conformité afin de réduire le risque de survenance d’actes de corruption et un dispositif d’alerte pour les usagers et le personnel interne àla structure.

Les secteurs du transport, de la santé, de l’éducation, de la construction, de la justice et de la fonction publique, sont dans le viseur du ministère en charge de la Promotion de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption.

La collecte d’informations émanant d’organisation diverses, notamment de Transparency, des données de l’INS (Institut national de la statistique) et Afrobaremeter ont, en croire le ministre, permis d’identifier des secteurs prioritaires et les formes de corruption les plus pernicieuses pour les populations.

Les services publics concernés sont le transport avec l’opération de vérification de faits de corruption signalés au niveau de la SICTA (Société Ivoirienne de Contrôles Techniques Automobiles et Industriels).

Il a été recueilli des preuves montrant des individus, non-agents de la SICTA « facilitateurs », recevant des pots de vin des mains d’usagers afin d’éviter les files d’attente àceux-ci ; d’éluder les pénalités de retard et de leur assurer un passage avec succès lors du contrôle technique, a-t-il relevé.

“Une autre opération de vérification d’allégations d’extorsion de fonds par des agents de sécurité (police et gendarmerie) lors de contrôles routiers nous a permis de recueillir des vidéos montrant des agents de police et de gendarmerie recevant des sommes d’argent des mains d’usagers”, a-t-il poursuivi.

Poursuivant, il a noté qu’il a été constaté des tracasseries routières en lien avec le convoyage de produits vivriers. Sur l’axe Hiré-Abidjan, par exemple, le commerçant doit s’acquitter de 20.000 FCFA au total repartis entre les différents barrages pour espérer voir sa marchandise arriver àdestination.

“C’est aussi le cas sur l’axe Bandjahi-Abidjan où l’opérateur doit débourser la somme de 42.000 FCFA. Même cas de figure entre Bouaflé et Abidjan où la moyenne àpayer est de 17.000 FCFA par camion”, a-t-il renchéri.

M. Epiphane Zoro a noté que “des soupçons de forte corruption pèsent dans certains services publics dans lesquels des vérifications aussi se feront afin de démanteler les réseaux. Ainsi, dans le secteur de l’éducation, il est fait état de pression ou le paiement de pot de vin pour l’orientation d’élèves lors des affectations dans les écoles d’enseignement privé”.

“A cela, s’ajoute l’affectation d’élèves fictifs dans les grandes écoles privées permettant ainsi de détourner les fonds ainsi libérés. Sans oublier le paiement de pots-de-vin aux surveillants lors des examens àgrand tirage”, a-t-il fait observer.

Au niveau de la santé, le ministre a indiqué qu’il est dénoncé “le paiement de pots-de-vin pour accélérer la procédure ou obtenir l’accord d’enregistrement d’un médicament, outrepasser le contrôle qualité ou obtenir la certification de bonnes pratiques de fabrication”.

En outre, il est fait cas de “la facturation des soins réputés gratuits dans les hôpitaux publics” et au niveau de la justice, des cas de soupçons de paiement de pots-de-vin aux démarcheurs pour accélérer le traitement des dossiers lors de l’établissement d’actes de justice, voire le paiement de pots-de-vin moyennant abandon de poursuites ou prononciation de peines plus légères.

Dans le secteur de la construction, il a évoqué des soupçons de paiement de pots-de-vin afin d’acquérir le permis de construire ou modifier la propriété d’une ACD, et le paiement de pots-de-vin au responsable ou élu de collectivités afin d’acquérir les parcelles sans passer par la procédure formelle.

“Les résultats de ces investigations ont été transmis aux autorités compétentes”, a-t-il annoncé, affirmant qu’en ce qui concerne les forces de défense et de sécurité, le Commissaire du gouvernement a été saisi.

“D’ailleurs, j’animerai une conférence de presse conjointe àcet effet avec M. Ange Kessy Kouamé, le vendredi 17 septembre prochain afin de vous communiquer les poursuites engagées, a-t-il conclu.

La corruption constitue un défi important pour la bonne gouvernance, la croissance économique durable, la paix et le développement des pays africains. La Banque Africaine de Développement estime que chaque année, 148 milliards de dollars sont perdus en Afrique du fait de la corruption.

AP/ls/APA

ACCUEIL | PHOTOS | ENVIRONNEMENT | FINANCE | GENRE | POLITIQUE | CULTURE | SPORTS

ANA NEWS WIRE Disclaimer:
The African News Agency (ANA) is a news wire service and therefore subscribes to the highest standards of journalism as it relates to accuracy, fairness and impartiality.
ANA strives to provide accurate, well sourced and reliable information across Text, Images and Video. Where errors do appear, ANA will seek to correct these timeously and transparently.
The ANA platform also contains news and information from third party sources. ANA has sought to procure reliable content from trusted news sources but cannot be held responsible for the accuracy and opinions provided by such sources on the ANA platform or linked sites.
The content provided for on the ANA News Wire platform, both through the ANA news operation and via its third party sources, are for the sole use of authorised subscribers and partners. Unauthorised access to and usage of ANA content will be subject to legal steps. ANA reserves its rights in this regard.
ANA makes every effort to ensure that the website is up and running smoothly at all times, however ANA does not take responsibility for, and will not be held liable for times when the website is temporarily unavailable due to technical issues that are beyond our control.