Afrique : 28 millions de cyberattaques détectées en 2020 (société)

Du 9 au 10 mai, le Cyber Africa Forum s’ est déroulé àAbidjan, la capitale économique ivoirienne. Face àla menace de plus en plus prégnante, le groupe chinois des télécoms, àl’instar de tous les principaux fournisseurs d’infrastructures critiques, a« très tôt pris conscience de ces nouveaux risques », d’ après M. Liu. «La politique d’éducation est…

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) Sur le continent noir, les dommages consécutifs aux attaques de réseaux informatiques sont estimés àprès de 4 milliards de dollars au 1er semestre de l’année considérée, a renseigné Étienne Liu, président de Huawei Afrique de l’Ouest.

Du 9 au 10 mai, le Cyber Africa Forum s’est déroulé àAbidjan, la capitale économique ivoirienne. Au cours de ce rendez-vous continental, les discussions ont entre autres porté sur les cyberattaques àtravers un panel intitulé « Sécurisation des infrastructures critiques et opérateurs d’importance vitale, clé de la souveraineté numérique ? »

« Entre janvier et juin 2020, l’Afrique a été la cible de 28 millions de cyberattaques ayant engendré un coût total de près de 4 milliards de dollars (2483 milliards F CFA) », a fait savoir Étienne Liu, président de Huawei Afrique de l’Ouest, dans son intervention.

Face àla menace de plus en plus prégnante, le groupe chinois des télécoms, àl’instar de tous les principaux fournisseurs d’infrastructures critiques, a « très tôt pris conscience de ces nouveaux risques », d’après M. Liu.

Cela, a-t-il ajouté, a fait de Huawei une entreprise qui accorde une importance toute particulière àla sécurité de ses produits. « Tout au long de la planification, de la conception, du développement, de la vérification et du lancement du produit, nous prenons soin d’y inclure des exigences de qualité extrêmement élevées en matière de cybersécurité », a rassuré le patron de Huawei Afrique de l’Ouest.

Dans sa politique, la multinationale chinoise place l’Homme au centre de toutes les attentions. Car « développer des technologies n’a de sens que si l’humain les accompagne, les maîtrise et les gère », a expliqué Étienne Liu.

Pour ce dernier, le capital humain de qualité est donc un enjeu de taille d’où la nécessité de « former les talents de demain aux technologies de l’information et de la communication » afin d’atteindre la souveraineté numérique grâce aux compétences locales.

« La politique d’éducation est ainsi au coeur de l’ambition de notre groupe sur le continent et dans le monde. À cet égard, nous avons développé plusieurs initiatives telles que Huawei ICT Academy, Huawei ICT Competition et le Programme Seeds for the future », a indiqué M. Liu.

Huawei fournit des « technologies éprouvées » aux Etats et aux entreprises qui en ont une pleine maîtrise. Le groupe chinois accompagne des pays africains dans la mise en place de centres de données et la proposition de services cloud reposant sur des infrastructures sécurisées àmême de garantir la confidentialité des données.

Ces solutions sont, aux yeux du président de Huawei Afrique de l’Ouest, les piliers de la transformation digitale. La 2e édition de Cyber Africa Forum a pour thème « Souveraineté numérique et protection des données, leviers de croissance économique pour le continent africain ».

La majorité des données des pays africains sont hébergées dans des centres de stockage àl’étranger. Pourtant, dans ce continent, le recours aux nouvelles technologies connaît une forte croissance parmi les jeunes générations dont plus de la moitié aura moins de 25 ans d’ici 2050 selon les projections des Nations Unies.

Huawei ambitionne d’aider l’Afrique àexploiter pleinement son potentiel dans le secteur numérique. En tout cas, le ministre ivoirien de la Communication et de l’Economie numérique, Amadou Coulibaly, a apprécié le soutien technologique du groupe chinois àl’Etat de Côte d’Ivoire.

ANA NEWS WIRE Disclaimer:
The African News Agency (ANA) is a news wire service and therefore subscribes to the highest standards of journalism as it relates to accuracy, fairness and impartiality.
ANA strives to provide accurate, well sourced and reliable information across Text, Images and Video. Where errors do appear, ANA will seek to correct these timeously and transparently.
The ANA platform also contains news and information from third party sources. ANA has sought to procure reliable content from trusted news sources but cannot be held responsible for the accuracy and opinions provided by such sources on the ANA platform or linked sites.
The content provided for on the ANA News Wire platform, both through the ANA news operation and via its third party sources, are for the sole use of authorised subscribers and partners. Unauthorised access to and usage of ANA content will be subject to legal steps. ANA reserves its rights in this regard.
ANA makes every effort to ensure that the website is up and running smoothly at all times, however ANA does not take responsibility for, and will not be held liable for times when the website is temporarily unavailable due to technical issues that are beyond our control.